Trois

« En scène, deux marionnettes interprétées par des comédiens et dont les costumes ne laissent paraître aucune parcelle de peau humaine.

Il y a d’abord la petite marionnette, celle qui naît sous nos yeux. Premiers gestes désordonnés, difficultés à se tenir en position verticale, le nouveau-né découvre les dures lois de la pesanteur.

Entre en scène la deuxième marionnette humaine, perchée sur de hautes échasses et vêtue d’une cuirasse rappelant étrangement les petits personnages de bois articulés rendus célèbres par une marque de produit dépoussiérant...

À la manière d’un marionnettiste, le géant va prendre le petit sous son aile et le guider dans ses premiers pas, lui trouvant même un camarade de jeu choisi dans le public. Mais très vite, l’enfant va vouloir voler de ses propres ailes, s’arracher aux fils d’un père trop protecteur. C’est en détruisant ce dernier que l’enfant accèdera à sa propre existence... »

Texte : Aurélien Marteaux